Comme beaucoup d’entre nous j’ai pleuré, je me suis demandée pendant un instant si on ne nous faisait pas encore une mauvaise blague. J’ai encore du mal à y croire, contrairement à ce qu’ils disent, on ne s’habitue pas à l’horreur. Ça me brise le coeur. Comme un vide à l’intérieur de moi, et ce poing qui serre ma poitrine de toutes ses forces.

Quelle insolence ! Quelle méconnaissance… Je leur en veux c’est terrible, je n’arrive pas à comprendre. Et ça me fait peur, peur pour ces gens, comme s’ils me transmettaient ce qu’ils avaient pu vivre hier soir. Pas peur de sortir non, pas peur de mourir. J’ai peur de l’avenir. Tellement peur que notre peuple si terrifié finisse par faire l’impensable, lui aussi. J’ai peur de ce qu’on va bien pouvoir faire, de ce qu’on va bien pouvoir répondre.

Je crains qu’on parte à la dérive, qu’on oublie nos valeurs et notre joie de vivre. Je crains qu’aveuglés par le chagrin, on ne sache plus faire la part des choses. Qu’on finisse par céder et qu’on décide de frapper au lieu d’aimer.

Continuons de danser, de sortir, boire un café, chanter, rire, nous moquer. Et continuons d’aimer. Pour toi liberté.

Prenez soin de vous.

coffee-429565_640 couple-814825_640 beach-141768_960_720

Enregistrer

Enregistrer

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :